CINELANDIA

Théâtre avec chansons
De: Alfredo Arias/René de Ceccatty
Dirección: Alfredo Arias
Théâtre Petit Montparnasse
París, FRANCE
Première septembre 2012.

Hommage au cinéma argentin à travers l’évocation musicale de quatre films et de quatre stars, dans un étourdissant mélange des genres : une excentricité érotique de 1968, devenue un vrai phare de la culture Pop, une version 1953 de La Dame aux camélias revue et modernisée, un film noir fantastique de 1950 à la musique vaporeuse et un mélodrame de 1937 inondé de tango au cœur de la jungle…

photo ALEJANDRA LOPEZ

« Un sociologue argentin a affirmé que le cinéma était l’inconscient d’une société. Il disait que les films à téléphone blanc illustraient peut-être mieux le régime péroniste que la réalité de la rue. J’ai donc eu l’idée de provoquer des interviews imaginaires d’interprètes qui ont joué dans des films cultes ou qui font partie d’un registre entre culture populaire et sophistication intellectuelle. Nous avons choisi : Une excentricité érotique Carne, d’Armando Bo, avec l’icone Pop Isabel Sarli, datant de 1968. Une curiosité franco-argentine La Mujer de las camelias d’Ernesto Arancibia, avec Zully Moreno, adaptation moderne du roman d’Alexandre Dumas Fils, située dans le Buenos Aires et le Paris de 1953. Un film noir aux accents fantastiques El Crímen de Oribe de Leopoldo Torre Rios et de son fils Leopoldo Torre Nilsson, datant de 1950, avec Carlos Thompson. Un mélodrame de 1937, Besos brujos (Baisers ensorcelés) de José Ferreyra, avec Libertad Lamarque, peut-être la plus grande chanteuse de tango. L’occasion d’évoquer quatre stars mythiques de notre cinéma : Isabel « Coca » Sarli, pièce maîtresse de la culture Pop argentine, Zully Moreno, notre blonde perverse des années cinquante, Carlos Thompson, comedien-écrivain, séducteur fragile, solitaire, sophistiqué, qui semble issu du film même qu’il interprète et enfin Libertad Lamarque, la grande dame du tango, des années trente et au-delà.


SOUVENIR DEL 2012

kveta pacovska

“Květa Pacovská comenzó su carrera de artista con la pintura. Destacó por usar formas geométricas básicas y colores muy vivos. En los años 60 empezó a ocuparse también de la escultura. Últimamente, su creación tiende al minimalismo”, indica Machalický. 

En el 2012 publica el libro “Colores, Colores”.

YO FUI LA NOTICIA!! VIVA ALEJANDRA¡

Le noir et le blanc restent des valeurs sûres. Mais les plus audacieux comme Alejandra osent les mélanges hasardeux. La jeune femme originaire d’Argentine combine avec perfection les couleurs et les matières. Son manteau, une pièce unique rapportée de son pays, est assorti à ses chaussettes et donne le ton de sa tenue pop. Pour le reste, c’est le bleu klein qui est mis à l’honneur, des leggings jusqu’aux boots. Eric Maggiori

COMPARTIR